Tout d’abord, sans doute une des dernières critiques de Bleu Argent pour 2014, parue sur le blog Le temps presse :

En bref, cette histoire est un petit joyau à lire, à chérir et à relire. J’ai créé du lien avec les deux personnages principaux et je les ai trouvés touchants. C’est avec un petit pincement au cœur que j’ai tourné la dernière page. Par ailleurs, l’épilogue …. il est génial ! Il permet de finir l’histoire et de la ponctuer avec brio. Ce roman m’a sérieusement donné envie de renouer avec la science fiction « pure et dure » (bon, je vais peut-être pas tout de suite me replonger dans le Arthur C. Clarke que j’ai lâchement abandonné il y a déjà plus de … quatre ans). En tout cas, il n’y a pas à dire : l’Atalante m’a comblé de joie avec ce livre de leur collection Young Adult. Un coup de cœur incroyable ! Lisez-le

 

Autant d’enthousiasme dans une critique, cela fait plaisir, surtout au moment des fêtes.

 

L’année 2014 aura été bien remplie sur le plan littéraire :

– Sortie de mon premier roman Young Adult chez l’Atalante. C’était vraiment nouveau comme projet, et j’y ai pris beaucoup de plaisir. Je voulais écrire un vrai récit d’aventure, et les retours que j’ai semblent montrer que j’y suis parvenu. J’écrirai de nouveaux Young Adult, je le sais, et Bleu Argent constitue une première balise. Peut-être pas dans l’univers du Melkine, mais qui sait…

– Réécriture et parution prochaine de mon premier roman Structura Maxima, dans la collection Young Adult de l’Atalante. Je tenais à cette réédition car les univers de mes trois premiers romans sont liés et je trouvais dommage qu’il manque cette brique à l’édifice. Il n’est pas du tout nécessaire d’avoir lu les autres romans pour apprécier Structura Maxima, mais une certaine parenté peut se ressentir. Cette réécriture était aussi une bonne opportunité pour passer quelques jours à Rome, afin de s’imprégner de l’atmosphère italienne. Cela n’a pas provoqué de modifications profondes dans le roman, juste quelques touches plus réalistes à certains endroits.

– Le projet Rêver 2074. Cette participation à une oeuvre collective autour du luxe constitua le grand événement de l’année 2014 pour moi. Rencontrer des artisans incroyables, discuter tout un après-midi avec le « nez » de Chanel (quand on a écrit « Synesthésie ») et prendre un plaisir immense à écrire un texte de science-fiction sur mes sujets favoris (les sens, la communication et les intelligences artificielles). En plus, dans mon approche de la question des IA, « la Reine d’Ambre » m’a montré la voie vers quelque chose de nouveau et que j’ai bien l’intention d’explorer. En résumé, dans mon parcours d’auteur de science-fiction, ce texte est important et n’a rien d’anecdotique. Les chiffres des téléchargements à la date de décembre 2014 montrent en plus que Rêver 2074 est un succès, avec plus de 11 000 ex, dont un tiers en anglais. D’autres nouvelles sont à attendre en 2015 en relation avec « Rêver 2074 », l’aventure n’est pas terminée.

– Écriture d’un nouveau roman de science-fiction, qui se déroulera sur le sol européen, sur fond de guérilla entre écologistes et ingénieurs. Des intelligences artificielles, des machines et pas mal de reconstructions. Le Paris du XXIIe siècle a un petit air de Jules Verne, mélangé avec des projets des années 70 et les inventions des années 2000. Le roman a été régulièrement interrompu par des contraintes liées à d’autres parutions, mais le manuscrit devrait être terminé en 2015.

– D’autres projets sont lancés, mais tant qu’ils ne sont pas concrétisés, difficiles de les détailler. Je me contenterai juste de dire que j’ai bien l’intention de publier un recueil de nouvelles dans l’univers du Melkine (à la suite du « Khan Mergen », la nouvelle parue dans l’anthologie Destination Univers chez Griffes d’Encre). Cela permettra d’explorer certains éléments passés sous silence dans la trilogie, mais aussi de parler du passé et de l’avenir de l’Expansion. En tout cas, 2015 sera de nouveau une grosse année de travail et tant mieux.

Publicités