Archive for octobre, 2014


A une semaine de ma participation aux Utopiales du 30 octobre au 2 novembre, voici mon programme de tables rondes :

Jeudi 30 octobre

19h00 / Scène Shayol
La génération Y ou les aventuriers du pixel perdu La génération « Y », c’est celle qui vient après la « X », la nôtre, celle qui a découvert, à l’adolescence, les possibilités de l’informatique et des réseaux. Les Y sont nés avec, modelant leur rapport au monde, aux autres, pixel après pixel, s’immergeant complètement dans l’image, la représentation du monde. Mais ont-ils perdu leur chemin, ou sommes- nous restés sur la grève ? Quelle science-fiction aimeront-ils ?
Avec : Florence Porcel, Éric Leguay, Christian Gatard, Olivier Paquet
Modération : Jeanne-A Debats

Vendredi 31 octobre

14h00 / Scène Hetzel
Les intelligences non standards dans la hard-SF
De loin en loin, la capacité spéculative de la science-fiction touche à sa plus haute ambition : mettre en scène des intelligences totalement non- anthropomorphiques.
Et, généralement, les textes qui le font deviennent immortels, cultes : c’est le cas de Solaris de Stanislaw Lem, bien sûr, ou du Nuage Noir de Fred Hoyle, ou encore d’Un feu sur l’abîme de Vernor Vinge.
Avec : Ludovic Albar, Olivier Paquet, Éric Picholle, Yves Meynard, Laurence Suhner
Modération : Jean-Claude Dunyach

16h00 / Scène Shayol
Les lieux d’intelligence dans la science-fiction
Les universités, les écoles, les monastères retirés, ou encore les fondations ont toujours eu leur place dans la science-fiction.
Mais, comment sont-ils présentés ? Quel regard les auteurs jettent-ils sur ces creusets du pouvoir, de la notabilité, ou parfois de la vanité ?
Une table ronde qui pourrait bien révéler plus d’écoles buissonnières et de formations sur le tas, que d’instituts de recherche convenablement classés.
Avec : Alain Bergeron, Olivier Paquet, Simon Bréan, Estelle Blanquet, Jo Walton
Modération : Natacha Vas-Deyres

Samedi 1er novembre

12h00 / Scène Hetzel
L’utopie assistée par ordinateur, selon Iain M. Banks
Le Cycle de La Culture du très regretté auteur écossais, disparu prématurément, se distingue par la mise en œuvre positive de l’intelligence artificielle qui, loin de s’en prendre à l’humanité, la libère de tous les soucis matériels, économiques ou juridiques et lui permet de vivre une utopie hédoniste. Et si, en définitive, c’était ça la promesse technologique du futur : une humanité heureuse et libre, en « pilotage automatique » ?
Avec : Olivier Paquet, Sylvie Denis, Gérard Klein Modération : Yannick Rumpala

Cours du soir

Vendredi 31 octobre = 17h30 / Club de l’Atlantique
Du robot-humain à l’humain robotisé : l’homme et la machine dans le manga.
Après la défaite de 1945, le Japon a dû aussi reconstruire son rapport à la technologie et le robot adolescent Astro dans le manga d’Osamu Tezuka a constitué la première étape de cette réconciliation. Néanmoins, les mangas montrent qu’une inquiétude demeure : si l’humain peut insuffler la vie à une machine, est-ce que le cyborg ne va pas annoncer la robotisation de la conscience et de l’intelligence humaines ?

 

Je profite pour l’occasion pour évoquer ma participation à un projet un peu spécial qui ne sera dévoilé que le 3 novembre. Pour l’instant, je me contenterai d’une vidéo :

Publicités

Tout d’abord, les premières critiques de « Bleu Argent ».

Celle de Blackwolf sur Blog-o-livre

J’ai passé un très bon moment de lecture avec ce roman qui, en plus de nous proposer une histoire efficace et entrainante, ne manque pas d’offrir des réflexions intéressantes sur l’évolution, la curiosité, la vérité ou la connaissance tout en y ajoutant une bonne dose de rêves, d’étoiles et d’espoir. La planète de Poéia se révèle fascinante et intrigante, reposant sur ses deux anneaux emmêlés en suspension et où le conte possède une place importante. Les personnages se révèlent attachants et touchants, principalement Joris et Lyzia, et nous entrainent facilement dans leurs aventures.

La plume de l’auteur est toujours aussi soignée et poétique offrant ici une narration alternée, entre histoire et contes, réussie et passionnante. Au final un très bon récit pour jeunes et moins jeunes et je lirai avec grand plaisir d’autres écrits de l’auteur.

 

Celle de Chris de Savoie sur PhenixWeb

L’ambiance de Bleu argent est agréable et l’auteur parvient à mettre en place la planète Poéia et ses habitants avec aisance et de façon convaincante. Le rythme du récit est soutenu et les personnages se révèlent bien campés et attachants, même si l’intrigue manquent de rebondissements inattendus. Un roman bien construit, qui se lit avec plaisir.

 

Je serai présent aux Utopiales du 30 octobre au 2 novembre (je posterai plus tard mon programme de tables rondes). Je profite de l’occasion pour une opération spéciale.

  • Le premier lecteur qui viendra se faire dédicacer les trois tomes du Melkine aura droit à un exemplaire de Bleu Argent. (Si vous avez acheté le premier et que vous achetez les 2 suivants aux Utopiales, c’est bon aussi)
  • Autre possibilité : le premier lecteur qui aura chroniqué la totalité de la trilogie (blog ou autres) aura aussi droit à un exemplaire de ce roman qui se déroule dans le même univers. La seule condition, c’est que la chronique doit avoir été publiée avant le 30 octobre 12h.

Bon amusement à Nantes !